Posted on

Rencontre avec Vandana Shiva: féminité et spritualité

Icône altermondialiste et écoféministe largement inspirée par Gandhi, Vandana Shiva et son ONG, Navdanya, œuvrent pour la biodiversité, le partage des connaissances et contre le pillage des richesses naturelles. Celle qui fait trembler Monsanto nous parle du féminin et de la spiritualité. Une rencontre éclairante.

J’aimerais démarrer cette interview par une question que je brûle de vous poser. L’histoire que l’on raconte sur l’héroïsme de votre grand-père pour l’émancipation des femmes est-elle vraie ?
Absolument ! Mon grand-père souhaitait créer une école de filles dans son village à une époque où les filles scolarisées étaient rarissimes et où cette idée était inenvisageable pour beaucoup. L’ordre brahmanique (la caste dominante) refusait aux femmes le droit à l’instruction. Il a alors décidé de faire une grève de la faim et de ne plus boire une goutte d’eau avant de recevoir non seulement un soutien financier mais aussi l’agrément nécessaire. Il avait compris que c’était un des piliers de l’émancipation sociale. Il appartenait à un milieu qui croyait davantage au progrès et à la science qu’aux dogmes religieux. Tout le village le soutenait. Les financeurs ne l’ont pas suivi et les autorités elles-mêmes, après lui avoir d’abord donné leur accord, ont retourné leur veste. Les nombreux courriers qu’il a envoyés n’y ont rien changé… Puis les autorités ont enfin décidé d’accorder l’agrément mais lorsque la réponse est enfin arrivée, il était trop tard. Il était mort alors que j’avais à peine quatre ans ! Mais l’école qu’il défendait, elle, existe toujours et résonne des voix de 3 000 jeunes filles !

Autant dire que vous êtes née sous le signe du féminisme… Quelle rencontre vous a permis de vous impliquer vous-même dans ce mouvement ?
Lorsque j’ai découvert puis ai appartenu au mouvement Chipko. Ces femmes illettrées vivant dans la forêt suscitaient le mépris réservé aux basses castes. Le fait de partager la vie quotidienne des villageoises m’a ouvert les yeux sur un point : elles maîtrisaient une quantité incroyable de connaissances ! Aujourd’hui encore, les femmes vivant en milieu rural ont une connaissance profonde et précise du milieu naturel. Cette expertise fine n’entre même pas dans le spectre de ce que l’on appelle “connaissance” alors qu’il s’agit de pratiques culturelles et scientifiques élaborées, qui se prolongent également dans les champs : la protection des semences ou encore le choix d’une stratégie culturale ont longtemps été des domaines réservés aux femmes.

Pourquoi la société ne reconnaît-elle pas ces aptitudes incroyables ?
Parce que cela permet notamment de passer sous silence le travail colossal qu’elles effectuent. Lors d’une étude réalisée en 1988 auprès de paysannes, nous avions noté que, sur un hectare de terres cultivées, une paire de bœufs travaille 1 064 heures par an, un homme 1 212 heures et une femme 3 485 heures. Une femme travaille donc plus longtemps qu’un homme et les animaux de la ferme réunis ! Depuis, ces données ont été recoupées par celles d’autres études : la FAO a notamment montré qu’en Asie et en Afrique, dans les zones rurales, les femmes travaillent chaque semaine treize heures de plus que les hommes.

Pourquoi les femmes s’impliquent-elles autant ?
Cela relève quasiment d’un instinct lié à leur rôle de mère : elles donnent la vie et la protègent, quelle que soit sa forme – enfants, graines, biodiversité… Elles donnent la priorité aux nécessités fondamentales de la vie, quitte à se sacrifier pour la communauté. C’est ce qui m’a poussée à mettre la notion d’écoféminisme au centre de toutes mes démarches. Les femmes du mouvement Chipko étaient dotées d’un courage spontané. N’exposaient-elles pas leur corps aux armes et aux coups de la police pour protéger la forêt ? Cette orientation altruiste subsiste au Sud comme au Nord. Cette bienveillance naturelle est inscrite dans leurs gènes.

Outre cette bienveillance pour leurs semblables, par quel mystère les femmes se sentent-elles aussi concernées par la protection de l’environnement ?
Il s’agit d’une connaissance hors des mots. Elles savent intuitivement que leur destin est lié à celui de la nature. De même, autrefois, les paysannes du mouvement Chipko ignoraient la notion d’holisme, mais elles en étaient pourtant profondément imprégnées : elles considéraient la nature comme un réseau d’interdépendances, un ensemble bien supérieur à la somme de ses parties. De cette vision découlaient une humilité et un respect quasi religieux de la nature. Aujourd’hui encore les femmes sont toutes dotées de cet instinct de protection, de cette clairvoyance mêlée de bienveillance. Il s’exprime plus ou moins selon les cas et le contexte, mais il est toujours présent.

Puisque vous évoquez la religion, le lien entre femmes et nature apparaît-il dans certains textes religieux ou émanant des grandes spiritualités ?
Oui, dans la cosmologie indienne tous les êtres vivants naissent d’une seule et même énergie appelée Shakti. Ce nom désigne le principe féminin et la force créatrice. Le lien profond entre les femmes et la nature est inscrit dans nos gènes depuis toujours et relève d’un héritage multimillénaire.
Sommes-nous suffisamment à l’écoute de ce type de message ? En quoi la défiance vis-à-vis de la spiritualité et des religions conduit-elle à négliger aussi l’environnement ?
Toute la création est habitée par le divin. Le pillage des ressources et la destruction de la biodiversité découlent donc directement de la désacralisation de la nature. Sacraliser à nouveau tout ce qui vient de la terre, y compris la vie humaine, est une démarche vitale pour stopper la disparition des écosystèmes. Envisager le monde à travers une grille de lecture qui ne considère pas la nature comme inerte, passive et uniquement vouée à être exploitée, ni la femvme comme le sexe faible, procède du même regard. Je considère la nature comme un sujet vivant et l’intelligence féminine comme essentielle pour la survie de l’humanité.

À ce propos vous dites souvent que les femmes assurent la part la plus significative de notre sécurité alimentaire en produisant plus de la moitié de l’alimentation mondiale…
Oui, vous remarquerez que la moitié des fermiers à travers le monde sont des femmes, mais leur contribution aux travaux agricoles peut atteindre 60 % dans certains pays. Et ce serait beaucoup plus encore si les femmes avaient un accès aux ressources naturelles équivalent à celui dont bénéficient les hommes !

Pourquoi dites-vous que les femmes sont les gardiennes des semences ?
Il s’agit d’un constat historique commun à toutes les cultures : les femmes sont les premières agricultrices et, aujourd’hui encore dans les sociétés traditionnelles, elles prennent par exemple soin du riz qui sera replanté pour obtenir la récolte de la saison suivante. Cela demande de maîtriser la reproduction et notamment d’aller dans les champs et de sélectionner les meilleures graines. Les femmes font le lien entre le champ et l’assiette, en passant par la protection des graines, leur reproduction, la cuisine, le goût, etc.

Mais, pour les femmes occidentales, ce rôle nourricier et de préservation de la biodiversité a-t-il encore la moindre signification ?
Bien sûr ! Les nouveaux fermiers en Europe et aux États-Unis – qui le deviennent par choix et qui arrivent souvent de secteurs qui n’ont aucun lien avec l’agriculture (santé, informatique…) – sont en majorité des femmes.
Par ailleurs, le parcours des aliments ne se limite pas à l’agriculture : la transformation et la cuisine en font aussi partie. La décision de cuisiner des ingrédients bruts, plutôt que de réchauffer des plats préparés, revient le plus souvent aux femmes, tout comme le soin apporté aux enfants lorsqu’ils souffrent d’une intolérance ou d’une allergie alimentaire. Tout cela fait aussi partie de leur rôle nourricier.
Certes, dans les pays riches elles interviennent moins dans la vie agricole et ont été éloignées de la cuisine par des publicités les montrant libérées des tâches culinaires et recourant aux surgelés. L’industrialisation visait à en faire de simples consommatrices mais sans y parvenir : les décisions alimentaires leur appartiennent encore largement. Est-ce que ce ne sont pas les femmes qui ont commencé la campagne pour l’étiquetage des produits alimentaires aux États-Unis, en voyant leurs enfants devenir allergiques après avoir absorbé des OGM ? Est-ce que les grands chefs cuisiniers – le plus souvent des hommes – ne répètent pas tous qu’ils utilisent les astuces de leurs mères et de leurs grands-mères ? La culture, le savoir-faire et l’expertise des femmes sont indéniables. Même en bout de chaîne dans un système industriel, le choix réduit qui consiste à décider du contenu de nos assiettes revient encore aux femmes !

Anne Ghesquière

Posted on

Un congélateur pour des millions de graines

Les plantes nourrissent le monde entier. Si elles disparaissaient, hommes et animaux seraient en danger ! Alors en 2008, les scientifiques ont construit une chambre forte pour protéger les graines : la Réserve mondiale de semences du Svalbard. Et elle vient de recevoir des milliers de nouveaux échantillons !

La Réserve est enfouie sous une montagne enneigée d’une île du Svalbard, un archipel norvégien. Elle se situe à environ 1 300 km du Pôle Nord, bien loin des villes. Ainsi, les graines sont conservées au frais et en toute sécurité. Elles seront disponibles en cas de besoin. La Réserve stocke des millions de graines différentes. Et sa collection s’agrandit de plus en plus !

Des graines envoyées en Syrie

Jeudi dernier, elle a reçu 50 000 nouvelles semences : de pommes de terre, de riz, d’orge, de lentilles… Elles proviennent de 11 pays, dont le Maroc, le Mexique et l’Inde.

Certaines graines avaient déjà été stockées auparavant dans la Réserve. Mais elles avaient été empruntées. Par exemple, la guerre en Syrie a abîmé les cultures. La Réserve a donc prêté des semences à des pays voisins. Les agriculteurs ont ainsi pu aider à nourrir les Syriens. Maintenant que les semences ont poussé, les graines ont été remises au coffre-fort !

Cierra Martin travaille pour la Réserve. Elle explique pourquoi la chambre forte est si grande. « Il existe des milliers d’espèces de plantes dans le monde, dit-elle. Mais aussi beaucoup de variétés différentes pour une même plante. » Par exemple, il y a 4 000 variétés de pommes de terre ! « Elles sont toutes importantes à leur façon, explique Cierra Martin. Nous devons nous assurer que chaque type de graine est protégé afin que les agriculteurs puissent les cultiver à l’infini », ajoute-t-elle.

Mais quel est l’objectif de la Réserve ? « Nous voulons que toutes les graines du monde entier soient stockées dans la chambre forte, explique Cierra Martin. Pour que nous soyons prêts à relever tous les défis que nous réserve l’avenir. »

Posted on

Actualités des semences mars 2017

  1. Sainte-Sigolène : une Semaine du développement durable servie à toutes les sauces.
  2. Vaux : les premières salades bio de la terre au panier
  3. A Béthisy-Saint-Pierre, les lecteurs en prennent de la graine
  4. Le soleil brille, les Belges jardinent
  5. Algérie. Envolée du prix de la pomme de terre
  6. Des colonies d’abeilles décimées à Sauvian
  7. Orpierre: pour eux, la lavande est une affaire de famille
  8. GUITALENS. Belote et vide-jardins
  9. Gérard Chanabé honoré par ses pairs
  10. Le rendement du sucre à l’hectare monte à 12 tonnes en 2016
  11. Saint-Louis : les producteurs de semences de riz se dotent d’un mécanisme de financement
  12. Un félin vous tend la main
  13. Filière arachide : le tonnage des graines collectées à Kaffrine jugé satisfaisant
  14. Le Soudan du Sud, miné par la famine et les violences, sombre sous nos yeux
  15. Des semences à partager à la médiathèque de Sainte-Sigolène
  16. 40% DU LIN SEMÉ EN FRANCE TRANSITE PAR BRYGO
  17. Le sainfoin, un champ de possibles dans l’Aube
  18. Commercialisation de l’arachide : 417.000 tonnes collectées cette année
  19. Le Mali bénéficie de la coopération Sud-Sud pour le développement du secteur rizicole
  20. François Desprez, président, et Pierre Pagès, vice-président du Gnis
  21. Inf’OGM recrute un(e) responsable comptabilité / gestion …
  22. Conserver des semences dans l’Arctique pour les générations futures
  23. Limoges : Conférence-débat « Burkina Faso : OGM, Semences …
  24. L’agriculture industrielle est synonyme de mort
  25. Risque de famine dans la Grande Anse
  26. PO. : il finance sa campagne en vendant des graines de haricots
  27. Maïs fourrage
  28. Le syndicat des producteurs en assemblée à Cajarc
  29. Le syndicat des producteurs en assemblée à Cajarc
  30. Quand la mobilisation se traduit par la réduction de pesticides
  31. Settat/Agriculture: 315.000 ha semés en céréales
  32. L’association PLAINE lance sa grainothèque
  33. Côte d’Ivoire / Production de semences de vivriers : Une société va …
  34. Samedi, l’association PLAINE lance sa grainothèque
  35. LG Semences
  36. Fêtes des Semences à Sawyerville
  37. Adam Cohn – Inde : déchargement de coton
  38. LES PRODUCTEURS PROCHES DE «NAATAL MBAY» ONT …
  39. Ghana : $244,5 millions de recettes pour la noix de cajou avec l’aide …
  40. Rabat: Les progrès génétiques, leviers de protection de la betterave …
  41. Burundi : nouvelle étape pour le plus grand barrage hydro-agricole du pays grâce à l’appui de la BAD
  42. Côte d’Ivoire : la Société de productions végétales investira 280 millions de FCFA dans la production de semences vivrières
  43. Quatre entreprises du paysage militent pour la diversité génétique
  44. La Fabrique Citoyenne du Pays de l’Or s’engage pour les alternatives aux pesticides
  45. Allaire. Des semences à partager à la médiathèque
  46. La Boîtatroc au quai des arts
  47. Une Arche de Noé végétale sommeille sous la glace de Norvège
  48. Philippe Moinard, la fibre et les racines agricoles
  49. SPV – Côte d’Ivoire va investir environ 300 millions FCFA dans la production de semences de vivriers
  50. Quand les Trognons de la Nation aident leur maraîcher d’Amap
  51. Le chasseur avait menacé l’agriculteur avec son arme
  52. La mauvaise image de Monsanto, principal risque pour la fusion avec Bayer
  53. Bourse aux plantes et végétaux à Chemin Long
  54. Gazon japonais, délicatement fleuri
  55. Alaotra-Enawo : Ambohitsilaozana se redresse
  56. Présentation du cadre législatif et règlementaire accompagnant la politique semencière d’Haïti
  57. Fête des semences paysannes
  58. Avec la MSA, tous ensemble pour mieux rebondir
  59. Tomates, salades: semez des variétés résistantes aux maladies
  60. Un félin vous tend la main
  61. Renouveau de la biodiversité potagère à Lyon
  62. Bio-surveillance et biosécurité : Le Laboratoire mixte international a tenu son quatrième conclave
  63. Une pépinière pour futurs agriculteurs dans le Roannais
  64. Bouira La gendarmerie enquête sur les semences de pomme de terre
  65. Le maïs semé en twin-row résiste mieux au stress hydrique
  66. Communiqués de Presse
  67. Des étangs pour ne pas sombrer
  68. Les tardigrades utilisent des protéines uniques pour se protéger contre la dessiccation.
  69. Le domaine de Cordis, première ferme trufficole de France
  70. Dix jours contre les pesticides pour l’arrivée du printemps
  71. Cameroun : Prise d’une série de mesures pour booster sa production agricole…
  72. Les leçons de la campagne agricole de 2016
  73. Rhume des foins : le cyprès, coupable idéal
  74. Famine au Yémen: plus de 17 millions de personnes ont besoin d …
  75. Havelange: la semence de BBB intéresse le monde entier
  76. Le jardin partagé prend forme
  77. "Nous pouvons régler la question de la pomme de terre"
  78. "Les prix resteront soutenus cette année"
  79. Trégunc. Soirée citoyenne : les graines à l’honneur
  80. Le Yémen a besoin d’une aide d’urgence pour éviter la famine
  81. Trégunc. Soirée citoyenne : les graines à l’honneur
  82. Des expérimentations pour une agriculture innovante
  83. Hautes-Alpes : Journée pour les jardiniers amateurs ce dimanche à La Roche des Arnauds avec Slow food.
  84. 15 millions de dollars Us pour poursuivre l’appui à la productivité agricole au Niger
  85. Mois de la Jonquille: unis contre le cancer
  86. Développement agricole : faciliter l’accès à la terre aux producteurs congolais
  87. Les élèves d’un lycée horticole finistérien font pousser les premières morilles hors-sol de France.
  88. Syntilla, un ray-grass d’Italie non alternatif diploïde productif sur deux ans
  89. Cameroun,Déploiement: Près de cinq tonnes de semences aux …
  90. Une grainothèque vient d’ouvrir
  91. AMOEBA nomme un directeur général délégué
  92. Mars, le mois des semences
  93. La militante procannabis Jodie Emery dénonce son arrestation « dégradante »
  94. L’autoproduction, le créneau de Gamm Vert pour piquer des parts d’estomac aux GMS
  95. AMOEBA nomme un directeur général délégué
  96. Froissy : un échange de graines entre les jardiniers amateurs
  97. La forêt de cap Carbon renaît de ses cendres
  98. Exposition à la bibliothèque de Daverdisse : La graine et le fruit
  99. Les élèves de CP jouent les jardiniers
  100. Mars, le mois des semences
  101. Pomme de terre : Les prix se stabiliseront à 45 DA
  102. Exposition à la bibliothèque de Daverdisse : La graine et le fruit
  103. Les élèves de CP jouent les jardiniers
  104. Mars, le mois des semences
  105. Pomme de terre : Les prix se stabiliseront à 45 DA
  106. Plus de 84.000 tonnes de semences de pomme de terre déchargées au port de Mostaganem
  107. Fête des Semences : pour tout connaître en maraîchage et en horticulture
  108. L’association Créative à l’Environnement Artpiculture proposait deux ateliers à la maison de l’eau
  109. Agriculture biologique: la terre, leur racine
  110. Après le départ de Monsanto, les paysans burkinabè veulent reconquérir leur autonomie semencière
  111. Don de 5 000$ pour la création d’un parc historique à Zenon Park
  112. Bière et ailes de poulet avec Les Petits Pois de Bellevue
  113. Gihanga : le staff du PAM se solidarise avec la population
  114. LES OGM NE SONT-ILS PAS DEJA LA ?
  115. Faire revivre « l’ancêtre des blés canadiens »
  116. Un félin vous tend la main
  117. Kokopelli, l’association qui résiste aux semenciers
  118. Haïti – Jacmel : Relance agricole dans la section communale la …
  119. Le Paradis perdu des Lost in the Swell
  120. FIDA mobilisé pour le développement de la filière riz
  121. Des scientifiques synthétisent cinq autres chromosomes de la levure
  122. Valorisation des plantes messicoles
  123. La lutte des agricultrices contre le changement climatique au Zimbabwe
  124. Caussade propose cinq nouvelles variétés de maïs pour les semis …
  125. Accord entre le Burkina Faso et Monsanto dans la crise du coton …
  126. LCI au CFIA 2017 : Le plein de nouvelles solutions céréales et …
  127. Cheerios au miel et aux noix espère planter 100 millions de fleurs …
  128. Côte d’Ivoire: Plus 46 milliards acquis pour plusieurs projets …
  129. Le mystérieux et néanmoins vital grenier du Svalbard
  130. Croquarium recherche des jardiniers bénévoles à Coaticook
  131. Casamance : des semences du CICR à 200 familles de retour au …
  132. Croquarium s’installera à Sherbrooke
  133. Les effaroucheurs d’oiseaux reprennent du service au Centre-du …
  134. Semer en même temps qu’on prépare le sol
  135. Les agriculteurs ne chôment pas même l’hiver !
  136. Afrique de l’Est : la famine n’est pas une fatalité
  137. Un Ceta numérique gratuit et des grillons pour l’apéro
  138. [VIDEO] Le Comdor Line ne travaille plus que la ligne de semis
  139. La Fondation MasterCard débloque 38,3 millions $ en faveur des …
  140. Vivre Autrement : un salon éthique et bio à Paris du 17 au 20 mars
  141. KADIOLO : formation des femmes paysannes sur les semences
  142. Barthélemy Dias: Que Macky Sall s’explique sur sa caisse noire
  143. Un gazon rustique : simple, résistant et beau
  144. Agriculture : un laboratoire d’analyse à Alaotra
  145. L’ASmaX, une nouvelle trémie modulable en inox
  146. Campagne agricole : Une belle moisson en perspective
  147. Comment Burger King détruit les forêts tropicales
  148. Injaro réalise sa sortie du capital de la plus importante entreprise …
  149. L’âge du déni
  150. Agriculture : Bonne récolte céréalière en perspective
  151. Les $68 millions du PPAO de la Banque mondiale déclinés au Togo
  152. Rabat-Salé-Kenitra: La campagne agricole est très satisfaisante
  153. GRAINES DE VIE
  154. Fête des semences: favoriser l’agriculture urbaine
  155. Aidez ce jeune couple à ouvrir une ferme bio
  156. Perdre du poids et soulager l’inflammation / clé pour stimuler votre métabolisme / c’est avec Les Graines de Chia
  157. L’Afrique doit cesser d’être le seul continent importateur net de produits agricoles
  158. Le déficit en ressources de qualité impacte négativement sur la …
  159. Une fête des semences qui donne goût à l’été
  160. La Banque Mondiale poursuit son soutien à la productivité agricole …
  161. Un jardin sur mon balcon… oui, mais comment?
  162. Zéro pesticide en Lot-et-Garonne
  163. Une relâche amusante peu importe la météo!
  164. Campagne agricole: L’embellie se précise
  165. Une relâche amusante peu importe la météo!
  166. Campagne agricole: L’embellie se précise
  167. Elle sème, récolte des histoires et préserve du patrimoine vivant
  168. Pour aller plus loin
  169. Syngenta : «Les départs forcés pourraient se compter sur les doigts …
  170. L’association Graine fait éclore de nombreux projets
  171. Saint-Jean-sur-Erve. Un label pour protéger les végétaux régionaux
  172. Lot-et-Garonne: des emplois menacés à Syngenta, à Nérac
  173. Des potagers citoyens pour les Restos du Cœur
  174. Rencontre avec Vandana Shiva: féminité et spritualité
  175. Coup de pouce de la Banque mondiale à l’agriculture
  176. Agroalimentaire / Export : le nouveau plan de reconquête 2017 …
  177. Des semences certifiées pour révolutionner l’agriculture africaine
  178. Réglementation semencière : Les producteurs s’en prennent aux Ong
  179. Facilité de crédit prolongé Ghana-FMI
  180. Saint-Jouan-des-Guérets Ce patron mise sur le bien-être de ses …
  181. Ça pousse à la médiathèque !
  182. Le deal des opérateurs semenciers : un frein au décollage agricole …
  183. Soil testing Technology : comment l’open data peut sauver le sol …
  184. Qui est vraiment Limagrain, le 4e semencier mondial ?
  185. Un «véritable fossé culturel» entre étudiants en journalisme et …
  186. Une semaine de relâche bien remplie au Centre des arts populaires
  187. Sénégal : Des agriculteurs obtiennent des augmentations …
  188. Payen Import présente la herse étrille Rakaerator de McConnel
  189. Agriculture et pesticides : le changement, c’est maintenant ?
  190. Une «grainothèque» pour jardiniers en herbe
  191. Le Ghana veut devenir le grenier à blé de l’Afrique
  192. Agenda communautaire
  193. Le numérique dans l’agriculture : pour une meilleure compétitivité
  194. Des semenciers africains préconisent des investissements plus …
  195. Un appel pour le « droit à bien manger » lancé
  196. Akhannouch affiche son optimisme
  197. EY est à la recherche d’entrepreneurs canadiens qui savent …
  198. Semences transgéniques : Les risques d’enfoncer les petits …
  199. Le secteur privé africain invité à investir dans l’industrie semencière
  200. Appel au droit à bien manger : journalistes et chefs interpellent les …
  201. Umm al-Hiran : une nouvelle campagne de propagande israélienne …
  202. Chine : la réforme structurelle du côté de l’offre crée des …
  203. Sénégal : pourquoi la production cotonnière de Sodefitex a baissé …
  204. Bayer encaisse 1,5 mrd EUR via la cession d’actions Covestro
  205. Sunrise pour sélectionner des tournesols utilisant mieux l’eau
  206. Aider les communes de Lot-et-Garonne à sortir des pesticides
  207. Express 3 KR EKT, taillé pour semer graine par graine !
  208. Les semenciers en assemblée
  209. Cerealog : la croissance s’accélère, tirée par l’activité SAP ByDesign
  210. Création d’un fonds d’aide aux agriculteurs sinistrés
  211. [VIDEO] Terre 2017 au salon. Principe de précaution: NKM persiste
  212. Salon de l’agriculture : «en Europe, nous laissons crever nos campagnes…»
  213. Sénégal : pourquoi la production cotonnière de Sodefitex a baissé en 2016
  214. Salon de l’agriculture. Va-t-on vers une agriculture data-intensive ?
  215. L’utilisation des semences de ferme dopée par la crise
  216. Bientôt la « maison du paysan » pour soutenir la production agricole …
  217. Programme APRON®Star : Des agriculteurs au Sénégal obtiennent …
  218. Programme APRON®Star: 15 000 agriculteurs touchés – Hausse …
  219. Au Mexique, des graines de résistance
  220. Des agriculteurs au Sénégal obtiennent des augmentations …
  221. Dakar, Congrès de l’Association Africaine du Commerce des …
  222. Le coquelicot et le bleuet à nouveau dans les champs bretons.
  223. Rappel de marijuana médicinale: Organigram dédommagera ses …
  224. SAINT CLAR – Médiathèque
  225. 100 tonnes de semences pré-base produites par l’ISRA en 2016 (DG)