2482362

Grainothèque de Tulle : venez échanger vos petites graines !

La grainothèque de Tulle démarre une nouvelle saison d’échange ce mois-ci à la transformerie « La Vie et Demie ». Quand le jardinage cultive la solidarité.
assurer sa propre production de graines pour ses fleurs et son potager, c’est l’enjeu de la grainothèque du groupe Sel de Terre. Les réunions d’échange redémarrent ce mois-ci pour les jardiniers amateurs.

Les 52 adhérents, expérimentés ou débutants, se réunissent deux fois par mois dans les locaux de l’association La Vie et Demie à Tulle. « Nous essayons de reproduire des semences de qualité et des espèces adaptées à nos territoires. Les réunions nous permettent aussi de partager des documents et des vidéos pour ceux qui sont intéressés par la permaculture » explique François Bourdarias, initiateur du projet.

Un environnement autosuffisant
La permaculture est une méthode de culture écologique qui utilise les ressources du sol et des matières organiques pour limiter les activités agricoles et l’utilisation des pesticides. « En permaculture, on recouvre le sol avec de la matière organique qui rend le sol meuble et plein de vie. Cela évite les engrais, et les insectes auxiliaires présents limitent les ravageurs » explique-t-il.

Le sol ainsi fertile favorise la culture. La récolte des graines est donc une récompense : « la polyculture nécessite un savoir-faire, de l’expérience et beaucoup d’humilité. On croit tout maîtriser, tout savoir, mais la nature est impitoyable, si on fait une erreur, on s’en rend compte de suite. » précise-t-il.

La grainothèque est le fruit de ce travail, et permet de partager. Les adhérents peuvent se fournir en graines 100 % corréziennes : « On a une centaine de types de graines à l’échange. On tient un classeur avec l’espèce, qui la donne, le lieu de culture, l’année de la récolte, et qui en a pris. On a ainsi un suivi des productions ».

Le groupe a réussi à sauver quelques espèces locales comme la rave de Treignac, ou le petit pois d’Objat. Et propose quelques raretés comme le pastel du teinturier, une plante médicinale et tinctoriale (qui peut servir à préparer des colorants) utilisée par les Grecs et les Romains.

La culture requiert patience et observation, pour éviter aussi les hybridations. « Les fleurs de carottes se pollinisent parfois avec la carotte sauvage. On obtient un légume plus blanc et plus dur, une carotte semi-sauvage impropre à la consommation. »

Paul Velner, de Saint Chamant, fait partie du groupe Sel de Terre depuis 1 an : « Il y a beaucoup de variétés ici. Je partage ma propre production. Cette année, je vais essayer la graine de pomme de terre, la graine de lin, et graine d’asperges. »

Pratique. Les permanences d’échange de la grainothèque sont ouvertes le premier vendredi et le troisième mercredi du mois, de 17 heures à 19 heures. Réunions et ateliers d’échanges le troisième mercredi du moi, de 18 heures à 20 heures. Le tout à la Transformerie, rue Lucien-Sampaix. Renseignements : 06.86.15.03.14.

2482362Laurianne Lafond
tulle@centrefrance.com
Source: Lamontagne.fr