Le déclin de abeilles sauvages

Le déclin de abeilles sauvages

Les abeilles sauvages disparaissent dans les principaux Etats américains agricoles.
Une étude suggère un déclin des abeilles sauvages de 23 % de 2008 à 2013. Les abeilles sauvages disparaissent dans les principaux Etats américains agricoles. 39 % des terres cultivées dépendent de la pollinisation que ce soit des abeilles domestiques ou sauvages.

La toute première étude sur la cartographie des abeilles sauvages des États-Unis suggère qu’elles disparaissent dans les terres agricoles les plus importantes du pays de la vallée centrale de la Californie à la ceinture de maïs du Midwest en passant par la vallée du fleuve Mississippi. Si le déclin des abeilles sauvages se poursuit, alors cela pourrait nuire à la production agricole des États-Unis et aux coûts des agriculteurs selon Taylor Ricketts, écologiste de la conservation à l’Université du Vermont pendant la réunion annuelle à l’Association for the Advancement of Science (AAAS).
Cette étude fournit la première carte nationale des abeilles sauvages et de leurs impacts sur la pollinisation selon Ricketts, directeur de l’UVM Gund Institute for Ecological Economics, en notant que chaque année, 3 milliards de dollars de l’économie américaine dépendent de la pollinisation des pollinisateurs indigènes comme les abeilles sauvages.
Pendant la réunion l’AAAS, Ricketts a déclaré aux universitaires, aux décideurs politiques et aux journalistes comment la carte nationale des abeilles, publiée pour la première fois dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences à la fin de 2015, peut aider à protéger les abeilles sauvages. Lors de l’événement, Ricketts a également introduit une nouvelle application mobile qu’il co-développe pour aider les agriculteurs à améliorer leurs fermes pour mieux soutenir les abeilles sauvages.
Les abeilles sauvages sont une ressource naturelle précieuse que nous devrions protéger selon Ricketts. Si on gère correctement les abeilles sauvages, alors elles peuvent nous aider à générer des milliards de dollars en revenus agricoles.
Les zones menacées

La carte identifie 139 comtés dans les principales régions agricoles de la Californie, du nord-ouest du Pacifique, du Haut-Midwest et des Grandes Plaines, de l’ouest du Texas et de la vallée du Mississippi, qui semblent présenter le déséquilibre le plus inquiétant. Ces comtés ont tendance à être utilisés pour des cultures spécialisées telles que les amandes, les bleuets ou les pommes qui dépendent fortement des pollinisateurs. Ou bien il s’agit de comtés qui cultivent en très grandes quantités des cultures moins dépendantes telles le soja, le canola ou le coton.

Certaines cultures qui dépendent le plus des pollinisateurs, notamment les citrouilles, les pastèques, les poires, les pêches, les prunes, les pommes et les bleuets, semblent souffrir d’un problème de pollinisation important. Globalement, plus des deux tiers des cultures les plus importantes bénéficient ou nécessitent des pollinisateurs incluant le café, le cacao et de nombreux fruits et légumes.
Les pesticides, les changements climatiques et les maladies menacent les abeilles sauvages, mais leur déclin peut être causé par la transformation de leur habitat en terres cultivées.

Dans 11 états où la carte montre les abeilles en déclin, la quantité de terre pour cultiver le maïs a augmenté de 200 % en cinq ans en remplaçant les prairies et les pâturages sont nécessaires aux populations d’abeilles.
Une demande en hausse
Au cours de la dernière décennie, les abeilles domestiques confrontées à des pertes de colonies sont confrontées à une demande croissante de la pollinisation commerciale. Le résultat est que les abeilles domestiques sont de plus en plus chères ce qui souligne l’importance des abeilles sauvages. La plupart des gens peuvent penser à 1 ou 2 types d’abeilles mais il y a 4 000 espèces aux États-Unis selon Insu Koh, un chercheur postdoctoral de l’UVM.

Lorsqu’il existe suffisamment d’habitats, les abeilles sauvages contribuent à la majorité de la pollinisation pour certaines cultures selon Koh. Et même avec les pollinisateurs domestiques, les abeilles sauvages complètent la pollinisation de manière à augmenter les rendements des cultures.
La carte des abeilles sauvages
Une équipe de 7 chercheurs a créé les cartes en identifiant d’abord 45 types d’utilisation des terres à partir de 2 bases de données fédérales incluant compris les terres cultivées et les habitats naturels. Ensuite, ils ont recueilli des informations détaillées de la part des experts nationaux et nationaux sur l’aptitude de chaque type d’utilisation des terres pour fournir aux abeilles sauvages des ressources de nidification et de nourriture.
Les scientifiques ont construit un modèle d’habitat de l’abeille qui prédit l’abondance relative des abeilles sauvages pour chaque zone des États-Unis en fonction de leur qualité pour la nidification et l’alimentation des fleurs. Enfin, l’équipe a vérifié et validé son modèle par rapport aux collections d’abeilles et les observations sur le terrain.